Inca. Or. Pouvoir. Dieu


« Inca. Or. Pouvoir. Dieu » au Patrimoine Culturel Mondial de Völklinger Hütte. Photo: Kaiserliche Grabbeigaben.


Un hommage. Quel autre mot choisir pour décrire l’exposition « Inca. Or. Pouvoir. Dieu » ?

Le parcours proposé au Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte met en lumière le choc des cultures et célèbre avec beauté le prestigieux patrimoine péruvien.


Pour les habitants du Pérou précolombien, l'or et l’argent étaient des matériaux divins, opposés et complémentaires, qui symbolisaient la « sueur du soleil » (divinité solaire) et les « larmes de la lune » (divinité lunaire) alors que les Espagnols n'y voyaient qu'une valeur matérielle et économique. Le mythe d’Eldorado en Amérique du Sud trouve son origine dans le clivage entre ces deux systèmes de valeurs inconciliables. Après « IncaGold » (2004/2005), le Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte revient sur 3.000 ans d’histoire de la fascinante civilisation péruvienne, à travers une sélection de 220 somptueux objets hérités des Incas et de leurs prédécesseurs, jusqu’à leur rencontre avec la culture européenne du XVIe siècle.


Soigneusement sélectionnés par Carole Fraresso, plus de la moitié des pièces présentées au public sont des objets cérémoniels et des parures en or, argent et cuivre doré légués par les sociétés pré-incaïques du nord du Pérou : Chavin, Cupisnique, Vicus, Mochica, Lambayeque, Chimu et Inca. Les œuvres exposées témoignent d’un monde emplit de dévotion où les métaux précieux, de symbolique duelle « Or/Argent », avaient un rôle majeur dans la mise en scène des rituels et des cérémonies ainsi que dans l’identification et la matérialisation des pouvoirs politiques et religieux du monde précolombien. Elles témoignent aussi de la fascination que suscite, depuis plus de quatre siècles, la civilisation Inca et les cultures qui les ont précédés. Enfin, elles remémorent l'affrontement avec la culture européenne dont le système de valeurs était contraire à celui du monde andin.


Plus de 140 pièces de l'exposition proviennent du Musée Larco de Lima qui abrite la collection d'art précolombien péruvien la plus complète au monde. Le discours de l’exposition devait être fluide, clair et inspirant. Ce dernier a été enrichi avec des pièces provenant de collections européennes comme celles des musées de Vienne et d’Hildesheim qui sont réputées dans le monde entier. Une soixantaine de pièces inédites du Musée des Jacobins d'Auch, qui abrite une l’une des plus importantes collections d'art précolombien en France, est aussi pour la première fois présentée au public international. Enfin, le Musée de l'Armée de Paris complète l’exposition en montrant des armes espagnoles et des pièces de sellerie du temps des conquistadors.


Mise en scène époustouflante


S’inspirant de deux conceptions du monde radicalement différentes, l’exposition a été conçue autour de la notion de dualité - culturelle et technique- en choisissant une ancienne usine sidérurgique du XIXe siècle comme écrin aux trésors d’orfèvrerie du Pérou millénaire.


Le parcours de l’exposition occupe la totalité des 6 000 m2 de l’ancienne salle des soufflantes de l’aciérie du site de Völklingen, classée au Patrimoine Culturel Mondial de l’Unesco depuis 1994. Le risque était de manquer d'âme et d'intimité, mais il n'en est rien. La finesse des ouvrages en or et en argent, façonnés à la main avec la technique traditionnelle du martelage, contraste élégamment avec les imposantes machines qui incarnent le savoir-faire industriel de la fonte brute.


L'exposition est intelligemment conçue. Elle est agrémentée de photographies grands formats qui montrent la richesse de la biodiversité du Pérou et d’une reconstitution du “Cuarto del Rescate” de l’Inca Atahualpa mais aussi d’un espace où peuvent s’apprécier les armes et les armures des conquérants Espagnols. Ainsi, le visiteur est immergé dans le monde andin d’avant et du temps de la conquête tout en évoluant à travers deux logiques de production du métal totalement différentes : l’une, artisanale à vocation symbolique ; l’autre, industrielle à vocation économique.


__________

L’exposition « Inca. Or. Pouvoir. Dieu » est présentée au Patrimoine Culturel Mondial de Völklinger Hütte du 06 mai au 26 Novembre 2017.

NOTRE MISSION

 

Motché oeuvre pour la récupération et la transmission du patrimoine culturel joaillier du Pérou. Façonnés main, les bijoux Motché modernisent un artisanat historique du luxe en privilégiant l’or recyclé et pérennisent les gestes d’artisans péruviens d’exception, dans le respect d’une démarche éthique et responsable.

logo noir GIF.gif
  • Instagram
  • Noir Pinterest Icône
  • Facebook